Nous contacter

Vous voulez nous soutenir? Vous avez des questions? Des critiques? C'est très simple : écrivez-nous à l'adresse contact@unesorbonnehumaine.org, ou utilisez le formulaire de contact. Nous nous efforcerons de vous répondre dans les meilleurs délais.

UNE SORBONNE HUMAINE POUR SORBONNE UNIVERSITÉ Elections à la Faculté des Lettres 14 novembre 2017
UNE SORBONNE HUMAINE POUR SORBONNE UNIVERSITÉElections à la Faculté des Lettres 14 novembre 2017 

UNE OPPOSITION "FRONTALE"

MESSAGE DU 7 NOVEMBRE 2017 À LA COMMUNAUTÉ

 

Chères et chers collègues,

 

Vous êtes appelés à voter le 14 novembre prochain pour élire les membres du Conseil de la faculté des Lettres.

 

Sous prétexte de dépasser la tradition qui a toujours vu s’opposer en Sorbonne deux équipes, l’une gouvernant, l’autre s’opposant « frontalement », la liste « Ensemble vers notre nouvelle université » propose une troisième voie qui serait celle de la responsabilité et de l’audace nouvelles. Elle caricature ainsi l’opposition qui fut la nôtre lors de la campagne pour la fusion en essayant de radicaliser nos positions au cours de cette élection.

 

Ceux de nos collègues qui ne furent pas du combat précédent sur la fusion nous proposent aujourd’hui trois types d’opposition en s’abstenant donc de la dernière. S’opposer dorsalement, c’est étayer. S’opposer latéralement, c’est épauler. Ils nous disent désormais de façon assez claire que leur opposition dite constructive n’est que la reproduction par d’autres moyens de la politique dont nous devons aujourd’hui pallier les effets les plus néfastes.

 

Chères et chers collègues, ne vous laissez pas abuser par ces marques de civilité qui ne cachent que la reproduction d’un système par d’autres moyens.

 

Les listes « Réunis pour Sorbonne université » et « Ensemble vers notre nouvelle université » partagent une même vision du nouvel édifice qui veut que la faculté soit entièrement dépendante des décisions des Conseils centraux de l’université. Elles ne veulent pas d’une faculté forte dans une université forte au service de l’étudiant. Elles ne prônent l’unité de l’université qu’en rêvant que les facultés qui la composent aient exactement la même couleur que leurs dirigeants de l’étage supérieur. Bref, cette université nouvelle est la même que l’ancienne en plus grand. 

 

Pour nous, l’opposition frontale que nous revendiquons comme seul mode possible d’opposition – car se poser contre, c’est aller au front – est une lutte pied à pied contre ce qui a contribué à la situation que nous vivons aujourd’hui et dont il faudrait sortir par le haut !

 

– « S’opposer frontalement », c’est mettre en place politique générale de la gestion de notre faculté des Lettres (lettres, langues, arts, humanités) qui tienne compte, dans son autonomie, de l’ensemble enseignants, chercheurs, enseignants-chercheurs, personnels administratifs, techniques et bibliothèques, et étudiants.

– « S’opposer frontalement », c’est élaborer politique qui respecte les personnels de notre faculté des Lettres en étant au plus près de leurs préoccupations afin d’assurer un fonctionnement efficace du service public de l’enseignement et de la recherche.

– « S’opposer frontalement », c’est mener une politique de relations internationales à la hauteur de notre stature reconnue partout dans le monde, et dans le respect mutuel de nos partenaires.

– « S’opposer frontalement », c’est développer politique de formation qui ne sacrifie pas sur l’autel de l’innovation nécessaire les disciplines rares et de valeur scientifique indéniable.

– « S’opposer frontalement », c’est être attentif dans nos contrats d’objectifs et de moyens au développement et à l’épanouissement de toute recherche quelles que soient sa nature et sa forme.

– « S’opposer frontalement », c’est avoir constant à l’esprit le souci de l’étudiant que la recherche et la formation (nationales et internationales) doivent préparer à la vie dans la cité.

 

C’est donc conduire (avec nos partenaires de la faculté des Sciences et de l'ingénierie) une politique bien différente de celle à laquelle on nous a habitués, et qu’on nous propose de prolonger, sous une forme ou sous une autre.

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© UNE SORBONNE HUMAINE