Nous contacter

Vous voulez nous soutenir? Vous avez des questions? Des critiques? C'est très simple : écrivez-nous à l'adresse contact@unesorbonnehumaine.org, ou utilisez le formulaire de contact. Nous nous efforcerons de vous répondre dans les meilleurs délais.

UNE SORBONNE HUMAINE POUR SORBONNE UNIVERSITÉ Elections à la Faculté des Lettres 14 novembre 2017
UNE SORBONNE HUMAINE POUR SORBONNE UNIVERSITÉElections à la Faculté des Lettres 14 novembre 2017 

Les grands projets de l'université fusionnée

 

A l’heure où nous connaissons de cruels problèmes d’espace, les locaux de l’Agro, rue Claude-Bernard, sont à vendre. Pour la bagatelle de 85 millions d’euros, auxquels il faudrait ajouter la même somme pour les travaux, nous disposerions d’un espace supplémentaire équivalent au centre Clignancourt. Mais nous ne pouvons l’acheter seuls. Nous devrions nous associer avec Paris 6 pour avoir une chance.

 

Oui, mais Paris 6 ne s’engagera dans cette opération que si nous fusionnons. La date limite pour déposer un dossier d’acquisition a été fixée finalement au 15 janvier. Or, le vote sur la fusion est prévu pour le 20 janvier. Comment donc pourrions-nous déposer un dossier ? Et qui a fixé la date du 20 janvier, qui rend les choses impossibles ?

 

Voici quelques mois, on nous parlait des locaux de l’EHESS, que Paris 6 allait placer dans la corbeille de la mariée. Aujourd’hui, ce sont les locaux de l’Agro. Veut-on acheter notre conviction contre un bâtiment chimérique ?

 

Nous devrions plutôt regarder les réalités : le bâtiment de Censier, que Paris 3 s’apprête à quitter, devait nous être acquis, et ce n’est plus le cas aujourd’hui. Aucune demande de notre part n’a été faite en direction des locaux de Sorbonne que Paris 3 s’apprête à quitter. Toute notre politique est fixée sur des rêves de grandeur, et l’oubli des réalités risque de compromettre ce qui a été acquis et ce qui pourrait encore l’être.

 

Par ailleurs Paris 6, qui a connu de graves difficultés financières et en est sortie en sacrifiant de nombreux postes, a-t-elle l’intention de nous faire de généreux cadeaux immobiliers ou au contraire d’améliorer sa propre situation sur notre compte ? Que risque de peser l’Idex, qui représente seulement 6% de notre budget, face aux pertes que nous pouvons encourir ?

 

Si nous ne fusionnons pas, nous dit-on, l’Idex s’interrompt, et tout va s’arrêter. Les fastueux projets que nous avons engagés, l’argent qui coule à flots dans tous les services, tout s’interrompra et nous retournerons à la frugalité que nous avons connue. La disette, même. Nous ne pourrons même plus acheter des craies pour faire cours.

 

Mais, à part quelques entités comme le SIAL, quelques projets de recherche placés judicieusement entre les mains d’un petit nombre d’entre nous, qu’est-ce qui s’arrêtera ? Connaissons-nous du reste ces largesses dont on nous parle ? Car l’argent de l’Idex n’est pas un budget de fonctionnement, et nous ne pouvons en faire ce que nous voulons ; il ne peut être utilisé que pour des projets spécifiques.

 

Si nous fusionnons, cela représentera un coût important. La bonne nouvelle, c’est que nous pourrons utiliser l’argent de l’Idex pour y faire face. Mais si l’Idex sert à financer la fusion, cette manne ne peut plus être utilisée pour les projets dont il est question. Bref, l’argent de l’Idex sera utilisé pour financer la fusion destinée à nous faire conserver l’argent de l’Idex. Un vrai chat qui se mord la queue : et nous sommes, comme souvent, la dupe du Ministère.

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© UNE SORBONNE HUMAINE